Castillo Rico

Publications

La pauvreté des enfants à la naissance en France. Résultats de l’enquête ElfeJournal articleBarbara Castillo Rico, Marion Leturcq and Lidia Panico, Revue des politiques sociales et familiales, Volume 131, Issue 1, pp. 35-49, 2019

Utiliser le revenu pour mesurer les conditions de vie des enfants est de plus en plus critiqué, en particulier pour les très jeunes enfants. Cet article propose une description multidimensionnelle de la pauvreté des enfants en France, au moment de leur naissance et pendant leur première année de vie, en utilisant une mesure de la pauvreté monétaire et une approche de la pauvreté en conditions de vie, à partir de l’Étude longitudinale française depuis l’enfance (la cohorte Elfe) qui est une enquête nationale représentative portant sur plus de dix-huit mille enfants nés en France en 2011. Les résultats montrent que la pauvreté monétaire ne coïncide pas toujours avec la pauvreté en conditions de vie : certains enfants vivent dans des ménages à faibles revenus sans pour autant être considérés comme pauvres tandis que d’autres dont les revenus sont plus élevés peuvent néanmoins être considérés comme pauvres au regard des conditions de vie. Cette approche permet d’être plus précis et plus nuancé dans la compréhension de la pauvreté des enfants à de très jeunes âges.

Statut migratoire des parents et inégalités de santé dans la petite enfance.Journal articleBarbara Castillo Rico and Lidia Panico, La santé en action, Issue 441, pp. 49-50, 2017

La population immigrée (définie comme la population née à l’étranger avec une nationalité étrangère) représentait environ 9 % de la population française totale en 2014, soit près de six millions de personnes. En France, les immigrés se trouvent souvent dans une situation
relativement défavorisée par rapport à la population majoritaire : ils sont plus susceptibles d’être au chômage, de subir des discriminations ou d’être mal logés. Il existe peu de recherches en France sur l’état de santé des nouveau‑nés de parents immigrés. Pourtant, les descendants d’immigrés représentent aujourd’hui près de 11 % de la population française.