Faut-il davantage de forfaits dans la rémunération du médecin généraliste ?

Presse / expertise
Le débat sur la rémunération des acteurs de santé est ouvert depuis la remise fin janvier du rapport de Jean-Marc Aubert, patron de la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du ministère de la Santé. La concertation lancée ensuite sur ce thème par Agnès Buzyn touche à sa fin. Mais sans attendre les décisions de la ministre, il est clair que la logique forfaitaire devrait progresser, notamment dans le mode de paiement du médecin généraliste. Le Quotidien a sollicité les avis de deux experts économistes sur cette question. L’un et l’autre reviennent sur l’intérêt, mais aussi la difficulté de l’entreprise. Et posent comme un préalable, la nécessaire protocolisation des pratiques et des parcours.
18 avril 2019

Le rapport propose de passer des modèles principalement basés sur l’activité (paiement à l’acte en médecine générale par exemple) à des paiements suivant diverses formules (ou « forfaits ») pour rémunérer la qualité et la pertinence des soins, le suivi de l’ensemble des soins, etc. dans la droite ligne d’une démarche de qualité. 

Pour l’économiste de la santé à l’Université Paris Dauphine, Claude Le Pen, de telles mesures sont certes louables, mais leur mise en pratique s’avère difficile. L’hétérogénéité des conditions d’exercice rend difficile la mise en place de forfaits pluri-professionnels (ceux qui répartissent un budget fixe entre tous les intervenants du suivi thérapeutique). Cela nécessite la mise en place de négociations interprofessionnelles. 

Pour Bruno Ventelou, économiste de la santé au CNRS et à Aix Marseille Sciences Economiques, la mise en place des forfaits pourrait être une bonne réponse aux besoins d’organisation et de régulation du système, mais la répartition du budget qui lui est associée s’avère complexe. De nombreuses questions restent en suspens et devraient certainement passer par la protocolisation des prises en charge.  


Deux tribunes de Claude Le Pen et de Bruno Ventelou dans Le Quotidien. 

Lire l’article ici 

 

Articles précédents

  • Dialogues économiques

L'économie dévoile les clefs du bonheur

Produire du bien-être plus que de la richesse, n’est-ce pas le but ultime de tout gouvernement ? À l’heure où la dépression ne cesse d’augmenter dans les pays développés, un changement de paradigme est à poindre. Pour suivre cet objectif, il faut se pencher sur les déterminants du bien-être. C’est ce que Andrew Clark, Sarah Fleche, Richard Layard, Nattavudh Powdthavee et George Ward ont fait à travers le livre « The Origins of Happiness ». Au-delà de l’argent, c’est la santé mentale qui prévaut pour l’atteindre.
08 mai 2019
  • Dialogues économiques

Violence en Afrique : les multinationales dans le viseur ?

Qui fait quoi dans les conflits miniers en Afrique ? Traquer l’origine des minerais n’est pas chose aisée pour les multinationales. Pourtant, face à l’ampleur des dégâts humains et sociaux, leur responsabilité est fortement engagée. Dans un récent article scientifique, Nicolas Berman, Mathieu Couttenier, Dominic Rohner, et Mathias Thoenig montrent que la présence de firmes étrangères en Afrique augmente la violence des territoires miniers. Depuis peu, les firmes, ONG et États multiplient les initiatives de transparence. Les auteurs se penchent sur leur impact sur la stabilité dans ces régions.
26 avril 2019
  • Dialogues économiques

Comment le « boom des minerais » augmente la violence en Afrique

La hausse du prix des minerais peut avoir de sanglantes conséquences en Afrique. C’est ce qu’ont observé Nicolas Berman, Mathieu Couttenier, Dominic Rohner, et Mathias Thoenig dans une étude récente sur l’ensemble de l’Afrique. Le boom des prix de ces minerais en 2000 pourrait expliquer jusqu’à un quart des conflits en Afrique. La violence se déploie même au-delà des zones minières. Avec l’argent gagné les rebelles déploient leurs combats en étendant leurs zones d’influence.
24 avril 2019