Comment lutter contre la fraude fiscale ?

Expertise
Dans ce livre accessible à tous, les économistes Nicolas Jacquemet (Univ. Paris 1/PSE), Stéphane Luchini (CNRS/AMSE) et Antoine Malézieux (Univ. Exeter/TARC) analyse la fraude fiscale à travers le prisme de l’économie comportementale. Disponible en librairie.
20 septembre 2020
Dans ce livre accessible à tous, les économistes Nicolas Jacquemet (Univ. Paris 1/PSE), Stéphane Luchini (CNRS/AMSE) et Antoine Malézieux (Univ Exeter/TARC) analyse la fraude fiscale à travers le prisme de l’économie comportementale. Disponible en librairie.

Résumé

La fraude fiscale est un sujet qui se dérobe aux outils de l’analyse économique traditionnelle.

D’une part, comme toute activité illégale, la fraude fiscale échappe à l’observation du chercheur en même temps qu’elle se dissimule aux autorités : l’analyse empirique de son ampleur, de ses déterminants et de la manière dont différents dispositifs l’affectent est nécessairement très limitée.

D’autre part, sur le plan théorique, l’application simple du calcul coût-bénéfice auquel est supposé se livrer le contribuable « rationnel » conduit à un paradoxe : contrairement à une idée largement répandue, les bénéfices de la fraude fiscale sont tellement élevés, et le risque de sanction est tellement faible, que l’on peut s’étonner qu’elle soit aussi peu pratiquée dans l’ensemble des économies développées.

Plutôt que la fraude fiscale, c’est donc la « soumission fiscale » qui en constitue le pendant, la disposition à payer l’impôt, qu’il convient d’expliquer pour en comprendre les déterminants.

Le double défi que posent les décisions de fraude fiscale à l’analyse économique n’a pu être relevé que très récemment, grâce à l’émergence, au cours des vingt dernières années, d’une nouvelle approche, l’économie comportementale, qui s’appuie sur la psychologie pour mieux comprendre les comportements économiques ; et, conjointement, d’une nouvelle méthode, l’économie expérimentale, qui permet d’étudier empiriquement les comportements économiques sur lesquels il est difficile de collecter des données convaincantes.

Cet opuscule rend compte des résultats de ces travaux et présente un panorama des outils de politique fiscale qui s’en dégagent.

Auteurs

Nicolas JACQUEMET est professeur à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne et à l’École d’économie de Paris,

Stéphane LUCHINI est chargé de recherche CNRS à l'École d'économie d'Aix-Marseille (AMSE)

Antoine MALÉZIEUX est professeur assistant au CEREN (EA 7477), Burgundy School of Business, Université Bourgogne Franche-Comté. 

Sommaire 

 

Introduction

1. Comprendre les décisions de fraude fiscale : la nécessité d’une approche comportementale

Paradoxes et mystères de la fraude fiscale

Dépasser les considérations monétaires : « la morale fiscale »

2. Observer les comportements de fraude fiscale : l’apport des expériences en laboratoire

La fraude fiscale en laboratoire

Décisions expérimentales de fraude

3. Déterminants individuels de la fraude fiscale : des monstres et des saints ?

L’effet dissuasif des outils traditionnels de la politique fiscale

Un profil-type du fraudeur fiscal ?

Les motivations de la fraude : ni monstres, ni saints

4. L’odeur des croissants chauds : l’influence du contexte sur la morale fiscale

Psychologie sociale de l’engagement et comportements économiques

Leviers non monétaires de la politique fiscale

La fraude fiscale sous serment : quels contribuables tiennent leurs engagements ?

Conclusion

Annexe 1. Description de la procédure de serment

Annexe 2. Description du jeu expérimental de fraude fiscale

Annexe 3. Expérience avec déclaration répétée

Liste des figures, encadré et tableau

Bibliographie

Articles précédents

  • Dialogues économiques

Quand les bulles gonflent la croissance. Bulles spéculatives, partie I.

Les bulles spéculatives sont bonnes pour la croissance ! Ce constat empirique a animé de grands débats chez les économistes dans les années 2000. Pour expliquer le phénomène, Xavier Raurich et Thomas Seegmuller étudient des acteurs économiques au cours de trois périodes de leur vie : la jeunesse, l’âge adulte et la retraite, chaque âge proposant ses propres choix d’investissement. Ainsi, les jeunes peuvent, par exemple, investir dans leur éducation (un capital productif mais peu liquide) en utilisant des crédits liés à la bulle (ou actifs spéculatifs liquides).
06 janvier 2021
  • Conférences

Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants. Introduction à l'économie de la famille

Conférence tous publics d'Hélène Le Forner (Aix-Marseille Université, FEG) qui propose une introduction à l'économie de la famille dans le cadre du cycle Sciences Echos.
04 janvier 2021
  • Conférences

Que nous apprend l’économie en temps d’épidémie ?

Conférence tous publics de Raouf Boucekkine (Aix Marseille Université, FEG) qui propose une introduction à l'économie épidémiologique dans le cadre du cycle Sciences Echos.
02 mars 2021