L'impression 3D (et l’économie) peuvent renforcer l’efficacité de la lutte contre les pandémies

Expertise
Une équipe de chercheurs, dont Gilbert Cette (AMSE/AMU/Banque de France) s'interroge, dans un article accessible à tous, sur l'intérêt des imprimantes 3D comme moyen de production en temps de pandémie.
26 août 2021

→ Retrouvez l'article complet sur le site d'Atlantico

 

" Lorsque le besoin d'EPI [équipements de protection individuelle] a augmenté simultanément dans de nombreux pays début 2020 du fait de la COVID-19, le manque de marchés organisés a pu favoriser les marchés parallèles. L'écart entre offre et demande s'est ensuite atténué : les producteurs locaux ont été incités à développer leur production, les importations depuis certains pays ont alimenté l'offre et des productions alternatives (masques barrières, impression 3D…) ont vu le jour.

(...)

Parmi les millions d'imprimantes 3D dans le monde, si 100 000 sont mobilisés pour produire, par exemple, des visières, et qu'une heure est nécessaire pour produire une unité, 2,4 millions de visières (réutilisables) peuvent être produites chaque jour. Il faudrait moins de 3 semaines pour équiper tous les médecins, infirmières et sages-femmes du monde (environ 40 millions selon l’OMS). Si l'impression 3D n’a pas vocation à remplacer la production traditionnelle, elle peut la compléter utilement, notamment en cas d'urgence... "

Auteurs

  • Jean-Charles Bricongne (AMU / FEG / Banque de France)
  • Gilbert Cette  (AMU / FEG / AMSE / Banque de France)
  • Pamela Lustig (CIM)
  • Arnau Valls-Esteve (Sant Joan de Déu enfants Hôpital)
  • Felip Fenollosa (ETSEIB)
  • Sheila Gonzalez- Mardones (UB)
  • Antonio Aranzana Navarro (BCN3D)

Articles précédents

  • Dialogues économiques

Quand les bulles gonflent la croissance. Bulles spéculatives, partie I.

Les bulles spéculatives sont bonnes pour la croissance ! Ce constat empirique a animé de grands débats chez les économistes dans les années 2000. Pour expliquer le phénomène, Xavier Raurich et Thomas Seegmuller étudient des acteurs économiques au cours de trois périodes de leur vie : la jeunesse, l’âge adulte et la retraite, chaque âge proposant ses propres choix d’investissement. Ainsi, les jeunes peuvent, par exemple, investir dans leur éducation (un capital productif mais peu liquide) en utilisant des crédits liés à la bulle (ou actifs spéculatifs liquides).
06 janvier 2021
  • Conférences

Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants. Introduction à l'économie de la famille

Conférence tous publics d'Hélène Le Forner (Aix-Marseille Université, FEG) qui propose une introduction à l'économie de la famille dans le cadre du cycle Sciences Echos.
04 janvier 2021
  • Conférences

Que nous apprend l’économie en temps d’épidémie ?

Conférence tous publics de Raouf Boucekkine (Aix Marseille Université, FEG) qui propose une introduction à l'économie épidémiologique dans le cadre du cycle Sciences Echos.
02 mars 2021