Joseph Stiglitz à Marseille pour une Policy lecture

grand public
policy lectures

Joseph Stiglitz à Marseille pour une Policy lecture

Joseph Stiglitz, prix Nobel d’Économie, est invité par AMSE pour une conférence publique autour de son nouveau livre « Peuple, pouvoir et profits »
Lieu

Grandes Tables de la Friche

Grandes Tables de la Friche

41 rue Jobin
13003 Marseille
Google maps

Date(s)
Vendredi 11 octobre 2019| 15:00 - 16:30
Plus d'informations

 

 

 

Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, tiendra une conférence publique le vendredi 11 octobre aux  Grandes Tables de la Friche au cours de laquelle il présentera son nouveau livre Peuple, pouvoir & profits.

Elle aura pour titre "Le capitalisme à l'heure de l'exaspération sociale" 

Il a publié de nombreux ouvrages, parmi lesquels Le prix de l’inégalité ou Le triomphe de la cupidité (éditions Les Liens qui Libèrent) et a notamment été été économiste en chef de la Banque mondiale.

Entrée libre dans la limite des places disponibles

 

Depuis plusieurs décennies, Joseph Stiglitz développe une critique forte du néolibéralisme. Il dénonce la foi aveugle dans les marchés libres et sans entraves. Il fustige la mondialisation, qui étrangle les pays en développement.
Il condamne la libre circulation des capitaux, qui aboutit à des crises financières. Il met en garde contre le creusement des inégalités.
Toutes ces évolutions sont voulues par les grandes entreprises. Grâce à leur « pouvoir de marché », elles exploitent aussi bien leur personnel que leurs clients pour accroître leurs profits. Ces profits leur permettent d’« acheter » le pouvoir politique afin qu’il légifère selon leurs désirs, et non dans l’intérêt du peuple. Mais ce dernier n’en peut plus. Il veut que cela change.
Entrent alors en scène des démagogues qui, pour tirer parti de cette colère, élaborent une critique superficielle de la mondialisation. Fondée sur l’hostilité à l’égard des migrants et le protectionnisme, celle-ci trouve un large écho auprès des victimes de la désindustrialisation. Ces nouveaux populistes ont également l’appui des grandes entreprises, et pour cause : ils travaillent pour elles, notamment en leur accordant des réductions d’impôts massives et en déréglementant. Pour combien de temps ?
Dans ce livre, Stiglitz ne se contente pas d’analyser avec finesse les grands problèmes actuels de l’Occident (l’anémie de l’économie, le pouvoir des monopoles, la mauvaise gestion de la mondialisation, la financiarisation abusive, le changement technologique mal maîtrisé). Il propose aussi un tournant radical : un programme économique et politique progressiste. À ses yeux, il est urgent de mettre en œuvre une politique sociale ambitieuse autour d’une idée forte : l’« option publique ».
Car c’est en s’attaquant de front au pouvoir et aux profits des grandes compagnies que le peuple pourra enfin espérer vivre décemment.
Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, a été économiste en chef de la Banque mondiale. Il a publié de nombreux ouvrage, parmi lesquels Le prix de l’inégalité ou Le triomphe de la cupidité (Les Liens qui libèrent).
 

© Reda Settar

Plus d'informations

Conférence : "Le capitalisme à l'heure de l'exaspération sociale"

Depuis plusieurs décennies, Joseph Stiglitz développe une critique forte du néolibéralisme. Il dénonce la foi aveugle dans les marchés libres et sans entraves. Il fustige la mondialisation, qui étrangle les pays en développement.  Il condamne la libre circulation des capitaux, qui aboutit à des crises financières. Il met en garde contre le creusement des inégalités.

Toutes ces évolutions sont voulues par les grandes entreprises. Grâce à leur « pouvoir de marché », elles exploitent aussi bien leur personnel que leurs clients pour accroître leurs profits. Ces profits leur permettent d’« acheter » le pouvoir politique afin qu’il légifère selon leurs désirs, et non dans l’intérêt du peuple. Mais ce dernier n’en peut plus. Il veut que cela change.

Entrent alors en scène des démagogues qui, pour tirer parti de cette colère, élaborent une critique superficielle de la mondialisation. Fondée sur l’hostilité à l’égard des migrants et le protectionnisme, celle-ci trouve un large écho auprès des victimes de la désindustrialisation. Ces nouveaux populistes ont également l’appui des grandes entreprises, et pour cause : ils travaillent pour elles, notamment en leur accordant des réductions d’impôts massives et en déréglementant. Pour combien de temps ?

Stiglitz ne se contente pas d’analyser les grands problèmes actuels de l’Occident (l’anémie de l’économie, le pouvoir des monopoles, la mauvaise gestion de la mondialisation, la financiarisation abusive, le changement technologique mal maîtrisé). Il propose aussi un tournant radical : un programme économique et politique progressiste. À ses yeux, il est urgent de mettre en œuvre une politique sociale ambitieuse autour d’une idée forte : l’« option publique ».
Car c’est en s’attaquant de front au pouvoir et aux profits des grandes compagnies que le peuple pourra enfin espérer vivre décemment.