Publications

La plupart des informations présentées ci-dessous ont été récupérées via RePEc avec l'aimable autorisation de Christian Zimmermann
Enquête sur les libertés et l’égalité : Tome 1 : Origines et fondements - Volume 2 : Economie, et métaphysiqueBookPhilippe Grill, E-conomiques, Number 2, Forthcoming

Le projet de Philippe Grill est d’enquêter sur les origines et les fondements des doctrines et théories relatives aux libertés et à l’égalité. Son approche est proprement philosophico-économique, au sens où elle s’appuie sur l’une et l’autre discipline. Cette exploration conceptuelle des théories économiques et philosophiques, des hypothèses qui les fondent, des notions qui les irriguent, ou encore des masses de données empiriques aux interprétations multiples, voire contradictoires, se révèle cruciale car c’est à partir de ces doctrines et théories que sont conçues et promues les organisations sociales et les politiques publiques qui déterminent « dans quel monde on vit », en décrétant le possible et l’impossible en ces domaines. L’ouvrage contribue ainsi pleinement aux débats actuels d’éthique sociale en fournissant les moyens de définir ce que pourrait être une organisation sociale « humaniste ».
En effet, si l’on veut changer le monde, il faut le comprendre… Sereinement, pédagogiquement, c’est notamment à cette compré­hen­sion maximale que nous invite Philippe Grill. La somme encyclopédique qu’il nous propose déploie le panorama d’une philosophie économique où sont convoqués les savoirs contemporains issus de nombreuses disciplines (outre les sciences économiques bien sûr, les autres sciences sociales, la logique, l’épistémologie, les sciences cognitives, les neurosciences, la biologie de l’évolution, etc., ainsi que les engagements ontologiques des nombreux penseurs que l’ouvrage étudie). Ici, point de simple juxtaposition de disciplines, mais une architecture des connaissances qui veut montrer que les conceptions idoines sont nécessairement connexes si l’on entend démêler l’écheveau d’un homo œconomicus authentique, renversant le modèle factice que rabâchent les propagandistes de vulgates économiques outrancièrement simplistes et irréalistes. Ainsi, ce livre est un puissant levier de ce mouvement salutaire. Moins

Enquête sur les libertés et l’égalité : Tome 2 : Théories et prolongements - Volume 3BookPhilippe Grill, E-conomiques, 569 pages, Forthcoming

Le projet de Philippe Grill est d’enquêter sur les origines et les fondements des doctrines et théories relatives aux libertés et à l’égalité. Son approche est proprement philosophico-économique, au sens où elle s’appuie sur l’une et l’autre discipline. Cette exploration conceptuelle des théories économiques et philosophiques, des hypothèses qui les fondent, des notions qui les irriguent, ou encore des masses de données empiriques aux interprétations multiples, voire contradictoires, se révèle cruciale car c’est à partir de ces doctrines et théories que sont conçues et promues les organisations sociales et les politiques publiques qui déterminent « dans quel monde on vit », en décrétant le possible et l’impossible en ces domaines. L’ouvrage contribue ainsi pleinement aux débats actuels d’éthique sociale en fournissant les moyens de définir ce que pourrait être une organisation sociale « humaniste ».
En effet, si l’on veut changer le monde, il faut le comprendre… Sereinement, pédagogiquement, c’est notamment à cette compré­hen­sion maximale que nous invite Philippe Grill. La somme encyclopédique qu’il nous propose déploie le panorama d’une philosophie économique où sont convoqués les savoirs contemporains issus de nombreuses disciplines (outre les sciences économiques bien sûr, les autres sciences sociales, la logique, l’épistémologie, les sciences cognitives, les neurosciences, la biologie de l’évolution, etc., ainsi que les engagements ontologiques des nombreux penseurs que l’ouvrage étudie). Ici, point de simple juxtaposition de disciplines, mais une architecture des connaissances qui veut montrer que les conceptions idoines sont nécessairement connexes si l’on entend démêler l’écheveau d’un homo œconomicus authentique, renversant le modèle factice que rabâchent les propagandistes de vulgates économiques outrancièrement simplistes et irréalistes. Ainsi, ce livre est un puissant levier de ce mouvement salutaire.

Enquête sur les libertés et l’égalité : Tome 2 : Théories et prolongements - Volume 2BookPhilippe Grill, E-conomiques, 569 pages, Forthcoming

Le projet de Philippe Grill est d’enquêter sur les origines et les fondements des doctrines et théories relatives aux libertés et à l’égalité. Son approche est proprement philosophico-économique, au sens où elle s’appuie sur l’une et l’autre discipline. Cette exploration conceptuelle des théories économiques et philosophiques, des hypothèses qui les fondent, des notions qui les irriguent, ou encore des masses de données empiriques aux interprétations multiples, voire contradictoires, se révèle cruciale car c’est à partir de ces doctrines et théories que sont conçues et promues les organisations sociales et les politiques publiques qui déterminent « dans quel monde on vit », en décrétant le possible et l’impossible en ces domaines. L’ouvrage contribue ainsi pleinement aux débats actuels d’éthique sociale en fournissant les moyens de définir ce que pourrait être une organisation sociale « humaniste ».
En effet, si l’on veut changer le monde, il faut le comprendre… Sereinement, pédagogiquement, c’est notamment à cette compré­hen­sion maximale que nous invite Philippe Grill. La somme encyclopédique qu’il nous propose déploie le panorama d’une philosophie économique où sont convoqués les savoirs contemporains issus de nombreuses disciplines (outre les sciences économiques bien sûr, les autres sciences sociales, la logique, l’épistémologie, les sciences cognitives, les neurosciences, la biologie de l’évolution, etc., ainsi que les engagements ontologiques des nombreux penseurs que l’ouvrage étudie). Ici, point de simple juxtaposition de disciplines, mais une architecture des connaissances qui veut montrer que les conceptions idoines sont nécessairement connexes si l’on entend démêler l’écheveau d’un homo œconomicus authentique, renversant le modèle factice que rabâchent les propagandistes de vulgates économiques outrancièrement simplistes et irréalistes. Ainsi, ce livre est un puissant levier de ce mouvement salutaire. Moins

Enquête sur les libertés et l’égalité : Tome 2 : Théories et prolongements - Volume 1BookPhilippe Grill, E-conomiques, 569 pages, Forthcoming

Le projet de Philippe Grill est d’enquêter sur les origines et les fondements des doctrines et théories relatives aux libertés et à l’égalité. Son approche est proprement philosophico-économique, au sens où elle s’appuie sur l’une et l’autre discipline. Cette exploration conceptuelle des théories économiques et philosophiques, des hypothèses qui les fondent, des notions qui les irriguent, ou encore des masses de données empiriques aux interprétations multiples, voire contradictoires, se révèle cruciale car c’est à partir de ces doctrines et théories que sont conçues et promues les organisations sociales et les politiques publiques qui déterminent « dans quel monde on vit », en décrétant le possible et l’impossible en ces domaines. L’ouvrage contribue ainsi pleinement aux débats actuels d’éthique sociale en fournissant les moyens de définir ce que pourrait être une organisation sociale « humaniste ».
En effet, si l’on veut changer le monde, il faut le comprendre… Sereinement, pédagogiquement, c’est notamment à cette compré­hen­sion maximale que nous invite Philippe Grill. La somme encyclopédique qu’il nous propose déploie le panorama d’une philosophie économique où sont convoqués les savoirs contemporains issus de nombreuses disciplines (outre les sciences économiques bien sûr, les autres sciences sociales, la logique, l’épistémologie, les sciences cognitives, les neurosciences, la biologie de l’évolution, etc., ainsi que les engagements ontologiques des nombreux penseurs que l’ouvrage étudie). Ici, point de simple juxtaposition de disciplines, mais une architecture des connaissances qui veut montrer que les conceptions idoines sont nécessairement connexes si l’on entend démêler l’écheveau d’un homo œconomicus authentique, renversant le modèle factice que rabâchent les propagandistes de vulgates économiques outrancièrement simplistes et irréalistes. Ainsi, ce livre est un puissant levier de ce mouvement salutaire. Moins

Les acteurs confessionnels du développementBookLucas Faure, Dilek Yankaya et Nathalie Ferrière, Critique internationale, 2022-07, Volume 96, Number 3, 184 pages, Presses de Sciences Po, 2022

Souvent appréhendés à l’échelle internationale, ces acteurs sont ici étudiés dans leurs relations situées avec l’État, à partir d’une approche empirique et localisée. Parce qu’ils s’engagent dans les politiques de développement, ils deviennent des partenaires tolérés par le pouvoir selon différentes logiques de « décharge ». Tandis que leur périmètre d’action est soigneusement négocié avec les autorités publiques pour des raisons matérielles, statutaires et sécuritaires, la pérennité de leurs actions est due, entre autres, à leur capacité à négocier des combinaisons d’imaginaires politico-religieuses, ce qui ne les empêche pas de participer aux rapports de domination existants.

Le positif et le normatif en philosophie économiqueBookE-conomiques, Sina Badiei, Gilles Campagnolo et Agnès Grivaux (Eds.), 2022-05, 322 pages, Editions Matériologiques, 2022

Le rapport entre positif et normatif est une question méthodologique et théorique centrale en économie. À ce titre, les débats de la littérature spécialisée réclament une synthèse précise, à défaut de la cartographie exhaustive qui paraît une gageure. Le présent ouvrage le reconnaît volontiers en montrant qu’il est pertinent de revenir sur ces enjeux et qu’il est opportun d’élaborer ou d’ouvrir certaines perspectives jusqu’ici peut-être moins explorées.

Le point de vue des coordinateurs de ce volume part du constat que l’étude du rapport entre positif et normatif reste précieuse pour la pensée et la philosophie économiques : l’enquête met en évidence des distinctions essentielles, entre normes, valeurs et faits, ou entre l’activité de description, la prescription et l’évaluation, et concernant des notions comme la causalité dans le champ épistémique, la justice et l’intérêt dans le champ éthique. S’ajoutent des leçons instructives pour penser le rapport entre positif et normatif en défendant la primauté de l’un (le positif, le plus souvent) ou de l’autre (le normatif, plus rarement), ou en les séparant. Force est de constater que les écoles de pensée les plus divergentes peuvent se rejoindre, voire s’accorder sur des positions inattendues. Favoriser le positif, voilà qui réunit des économistes d’écoles de pensée aussi influentes et diverses que les écoles marxiste, autrichienne ou de Chicago : celles-ci, et d’autres, trouvent leur place dans ce volume, ainsi que des approches méthodologiques variées (pragmatisme, bayésianisme, théorie des négociations).

S’il semble qu’un consensus valorisant les approches positives en économie y obère la recherche, à quoi est-il dû ? L’histoire de la pensée économique permet-elle de dégager quelques positions venant nuancer cette position ? Des perspectives philosophiques peuvent être adaptées à cet effet et l’importance des pratiques est également à relever, peut-être pour mieux valoriser les approches normatives en économie.Telles sont quelques-unes des approches traitées dans les onze contributions réunies dans cet ouvrage à partir d’un colloque tenu en décembre 2020.

Le Grand retour de la terre dans les patrimoines: Et pourquoi c'est une bonne nouvelle!BookAlain Trannoy et Étienne Wasmer, 2022-01-19, 256 pages, Odile Jacob, 2022

a France est riche. La valeur de son patrimoine foncier s'élève aujourd'hui à 7 000 milliards d'euros, soit six années de revenu national, contre à peine une année après la Seconde Guerre mondiale. Comment expliquer cette hausse et à qui profite-t-elle ? S'agit-il d'une bulle immobilière un peu plus durable que les autres ? Et, sinon, quelles conséquences faut-il en tirer pour notre économie ?
Dans ce livre passionnant et minutieusement documenté, Alain Trannoy et Etienne Wasmer expliquent pourquoi la terre urbaine s'est considérablement valorisée au cours des trente dernières années, une tendance que la préférence française pour le foncier et les contraintes écologiques (le "zéro artificialisation") ne peuvent que conforter.
Alors que faire de cette manne providentielle ? Les auteurs proposent ni plus ni moins qu'une révolution fiscale.
Avec un objectif : diminuer fortement les impôts grevant l'activité économique, augmenter les salaires tout en soutenant l'accumulation du capital productif, afin de pérenniser notre modèle social.
Une proposition audacieuse, pour réconcilier justice sociale et efficacité économique.

Statistiques pour l'économie et la gestionBookFrédéric Bertrand, Christian Derquenne, Gilles Dufrénot, Fredj Jawadi et Myriam Maumy, Claire Borsenberger (Eds.), 2021-08, 680 pages, De Boeck Supérieur, 2021

Statistiques pour l'économie et la gestion offre une présentation synthétique et rigoureuse de l’ensemble des connaissances en statistiques !

Advances in growth and macroeconomic stabilityBookMathematical Social Sciences, Raouf Boucekkine, Thomas Seegmuller et Alain Venditti (Eds.), 2021-07, Volume 112, Number Suppl C, 166 pages, Elsevier, 2021
Le système de santé français aujourd'hui : enjeux et défisBookThomas Barnay, Anne-Laure Samson et Bruno Ventelou (Eds.), 2021-07, 370 pages, EP Eska Publishing, 2021

Il est courant d’entendre s’exprimer un sentiment de rejet face à l’intervention des économistes dans le système de santé. D’aucuns diront notamment que le secteur de la santé est un « secteur à part », qui n’est pas susceptible de régulation économique. Pendant la crise de la COVID-19, cette idée s’est traduite par l’opposition stérile entre la lutte contre l’épidémie et la défense de l’activité économique, présentées comme deux objectifs nécessairement rivaux. Le premier serait l’apanage des seuls médecins, désireux de réduire la mortalité par COVID-19, tout en préservant les capacités hospitalières, et de facto ardents défenseurs du confinement. Le second apparaitrait comme l’étendard des économistes qui ne verraient dans la sauvegarde du PIB que l’unique objectif d’une société développée et épanouie…
Pourtant la crise de la COVID-19 a souligné, parfois avec cruauté, certaines insuffisances du système de santé français. Elle a jeté la lumière sur l’absence de stratégie globale de gestion du risque sanitaire et la difficulté de prendre des décisions adaptées à un niveau infranational. Elle a enfin exacerbé la rigidité d’un système de soins centralisé, spécialiste de la prise en charge de malades chroniques à l’hôpital public.
Mais elle a aussi été porteur d’espoir en révélant une véritable capacité d’adaptation des professionnels de santé à l’hôpital et en ville et des industriels pharmaceutiques, accélérant les processus d’innovation thérapeutique et technologique, de coordination des acteurs et de production de vaccins à une échelle internationale.
Pour faire face à cette crise, dans les premiers mois de la crise sanitaire, une logique médicale à court terme s’est imposée, reléguant au second plan toute autre forme de critère de jugement. L’objectif unique affiché est d’une déconcertante simplicité : réduire la mortalité par COVID-19, « quoi qu’il en coûte ». L’objectif de santé n’aurait donc plus de limite, exonérant ainsi l’individu ou la société de tout arbitrage personnel ou collectif, au motif, tantôt d’une supposée gratuité, tantôt de l’absolue priorité. La pertinence même de l’apport des sciences humaines et sociales, en particulier de l’économie, serait alors réduite à peau de chagrin…
Au moment où se polarisent ces convictions et se figent ces croyances, il semble, aujourd’hui plus que jamais, nécessaire qu’un ouvrage en économie de la santé puisse éclairer les débats qui traversent le système de santé afin de promouvoir le recours plus systématique à l’évaluation médico-économique comme outil de régulation « fine » des dépenses de santé.
De nombreux défis sont à relever parmi lesquels : le financement et la régulation des dépenses de santé, l’accès aux soins primaires sur tout le territoire, le manque de coordination entre médecine de ville et hôpital, d’une part, et entre soins et médico-social, d’autre part ; le déficit de prévention et l’invisibilité de la santé publique ; les inégalités sociales de santé et d’accès aux soins ou encore la surconsommation de tabac et d’alcool. Ces défis interrogent chacun des acteurs du système de santé (patients, offreurs de soins, industriels…).
A l’occasion de ses 30 ans, le Collège des Economistes de la santé, la société savante française d’économie de la santé, propose un ouvrage collectif réunissant 30 contributeurs et ambitionne d’analyser et de disséquer les principaux défis auxquels le système de santé fait face à travers 15 chapitres. De façon dépassionnée, et sur la base d’une littérature académique nationale et internationale particulièrement étoffée, il tente également de proposer des pistes de recommandations pour améliorer le système.