Deux milliards de travailleurs informels aux prises avec le Covid-19

Presse
Cecilia Garcia Peñalosa (AMSE/CNRS/EHESS) était l'une des invités de l'émission "Éco d'ici et éco d'ailleurs" sur Radio France Internationale.
17 septembre 2020

 

Écoutez l'intégralité de l'émission Éco d'ici et éco d'ailleurs " Deux milliards de travailleurs informels aux prises avec le Covid-19" du 11/09/2020. 

 

"Si les pays développés ont pu chercher à protéger les salariés mis sur le carreau par les conséquences économiques de la pandémie de Covid-19, cela n’a pas été le cas dans les pays en développement.

Par manque de moyens, mais aussi parce que beaucoup des travailleurs de ces pays échappent à tout recensement, ce sont des travailleurs informels.

On a appris cette semaine que la seconde économie africaine, celle d'Afrique du Sud s'était contractée de 51% au deuxième trimestre de cette année.
Dans ce pays comme sur tout le continent africain, ceux qui subissent le plus durement cette crise économique, ce sont ceux qu'on appelle les informels, qui appartiennent à l'économie informelle, celle qu'on dit aussi souterraine et qui pourtant se manifeste au grand jour dans la plupart des pays en développement.

Selon le Bureau International du Travail à Genève, deux milliards d'êtres humains travaillent aujourd'hui dans ce secteur informel. Qui sont-ils exactement ? Leur niveau de vie est-il gravement affecté par la pandémie actuelle ? Les États leur viennent-ils en aide ? Quel est l'apport de ces informels à la richesse générale ? Voilà quelques-unes des questions adressées par Jean-Pierre Boris aux invités qui ont accepté l’invitation de RFI.

Cecilia Garcia Peñalosa est directrice de recherche au CNRS, professeur d'économie et membre de l'École d'économie Aix-Marseille
Christophe Jalil Nordman est économiste du travail et du développement, directeur de recherche à l'IRD, l'Institut de Recherche pour le Développement. Au sein de l'IRD, il est membre permanent du Dial à l'Université Paris Dauphine."

Articles précédents

  • Dialogues économiques

Quand les bulles gonflent la croissance. Bulles spéculatives, partie I.

Les bulles spéculatives sont bonnes pour la croissance ! Ce constat empirique a animé de grands débats chez les économistes dans les années 2000. Pour expliquer le phénomène, Xavier Raurich et Thomas Seegmuller étudient des acteurs économiques au cours de trois périodes de leur vie : la jeunesse, l’âge adulte et la retraite, chaque âge proposant ses propres choix d’investissement. Ainsi, les jeunes peuvent, par exemple, investir dans leur éducation (un capital productif mais peu liquide) en utilisant des crédits liés à la bulle (ou actifs spéculatifs liquides).
06 janvier 2021
  • Conférences

Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants. Introduction à l'économie de la famille

Conférence tous publics d'Hélène Le Forner (Aix-Marseille Université, FEG) qui propose une introduction à l'économie de la famille dans le cadre du cycle Sciences Echos.
04 janvier 2021
  • Conférences

La taxe carbone peut-elle être juste ?

Conférence tous publics de Justin Théroux (HEC) qui propose une introduction à l'économie de l'environnement dans le cadre du cycle Sciences Echos.
04 janvier 2021