Les étudiants préfèrent les écoles « accréditées »

Expertise
Dans une étude publiée dans la revue Economics of Education Review, Julien Jacqmin (NEOMA Business School) et Mathieu Lefebvre (AMU/FEG/AMSE) s'intéressent à l’influence des accréditations des Grandes Écoles de commerce françaises dans le choix des futurs étudiants.
11 janvier 2022

Avec un rôle historiquement marginal, les labels prennent de plus en plus d’importance dans l’enseignement supérieur. Des économistes de NEOMA Business School et d’Aix-Marseille School of Economics viennent de démontrer l’impact de ces « indicateurs de qualité » sur l’attractivité des grandes écoles de commerce. L’effet le plus fort s'observe en cas de possession de la « triple couronne », les trois labels les plus prestigieux.

 

Un label est un indicateur de qualité. Qu’il prenne la forme d’une étiquette, d’un logo ou encore d’un pictogramme, il renseigne sur le respect de normes (éthique, écologique, de fabrication…) par des produits, des services et des institutions. Commun dans des domaines comme l’alimentation (AOP, AOC, Label Rouge…) ou encore les entreprises (Great Place to Work, Top Employer, ISO 9001…), leur rôle est encore marginal dans l’enseignement supérieur.

 

Au sein d’un paysage dominé par les classements, à l’image du classement de Shanghai pour les universités, des accréditations des grandes Écoles de Commerce prennent de plus en plus de place dans les choix d’orientation des étudiants. Le trio qui tire son épingle du jeu depuis une vingtaine d’années se compose de l’European Quality Improvement System (EQUIS), l’Association to advance collegiate schools of business (AACSB) et l’Association of Masters of Business Administration (AMBA). À ce jour seuls treize établissements français jouissent de la « triple couronne », la possession de ces trois labels.

 

Julien Jacqmin (NEOMA Business School) et Mathieu Lefebvre (Aix-Marseille School of Economics) se sont intéressés à l’influence de ces accréditations dans le choix des futurs étudiants des Grandes Écoles de commerce françaises.

 

À partir des accréditations des écoles de commerce et des choix d’orientations des étudiants de 2004 à 2019 établis via la procédure centralisée du SIGEM, ils sont parvenus à la conclusion que l’obtention d’au moins une des trois accréditations majeures a un impact similaire à une progression allant d’un à quatre rangs dans le classement des Écoles de Commerce publié par le magazine L’Étudiant. De plus, ces effets sont aussi partiellement cumulables, le gain d’influence le plus important étant observé lors de l’obtention de la « triple couronne ». Ils varient aussi dans le temps avec un pic d’attractivité entre la troisième et la sixième année après obtention suivi par une diminution progressive.

 

Ces résultats démontrent que dans un contexte où ils sont peu présents, les labels de qualité peuvent jouer un rôle important sur les préférences des étudiants pour les différentes écoles.

 

► Référence scientifiqueJacqmin J., Lefebvre M., 2021, "The effect of International accreditations on students’ revealed preferences : Evidence from French business schools", Economics of Education review, 85, 102192.

Revue de presse

"Les étudiants préfèrent les accréditées", L'essentiel du Sup, n°56, janvier 2022, p.6 : Lire l'article

"L’effet « triple couronne » sur l’attractivité des écoles mesuré par deux chercheurs de Neoma et AMU", News Tank, le 11/01/2022 : Lire l'article

"2021 Brought The Best Job Outcomes In Nearly A Decade At This Top Business School", Poets & Quants, P&Q Staff, 11/01/2022 : Lire l'article (en anglais)

 

Contact

Mathieu Lefebvre (AMU/FEG/ALSE)

Articles précédents

  • Dialogues économiques

Quand les bulles gonflent la croissance. Bulles spéculatives, partie I.

Les bulles spéculatives sont bonnes pour la croissance ! Ce constat empirique a animé de grands débats chez les économistes dans les années 2000. Pour expliquer le phénomène, Xavier Raurich et Thomas Seegmuller étudient des acteurs économiques au cours de trois périodes de leur vie : la jeunesse, l’âge adulte et la retraite, chaque âge proposant ses propres choix d’investissement. Ainsi, les jeunes peuvent, par exemple, investir dans leur éducation (un capital productif mais peu liquide) en utilisant des crédits liés à la bulle (ou actifs spéculatifs liquides).
06 janvier 2021
  • Conférences

Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants. Introduction à l'économie de la famille

Conférence tous publics d'Hélène Le Forner (Aix-Marseille Université, FEG) qui propose une introduction à l'économie de la famille dans le cadre du cycle Sciences Echos.
04 janvier 2021
  • Conférences

Que nous apprend l’économie en temps d’épidémie ?

Conférence tous publics de Raouf Boucekkine (Aix Marseille Université, FEG) qui propose une introduction à l'économie épidémiologique dans le cadre du cycle Sciences Echos.
02 mars 2021