Les mesures en faveur des femmes peuvent se retourner contre elles

Presse / expertise
Quotas ou contraintes visant à pallier le manque d’opportunité des femmes dans de nombreux métiers n’ont pas toujours les effets escomptés. Aussi faut-il se montrer prudent avant de les imposer, estime l’économiste Cecilia Garcia-Peñalosa, dans une tribune au « Monde ».
07 mars 2019

La partie, au final la plus facile, les femmes l’ont réalisée. Obtenir le droit de vote, être les égales des hommes devant la loi, choisir et décider de l’usage de leur corps… Le XXe siècle a été celui de la bataille pour l’égalité devant la loi entre femmes et hommes dans les sociétés développées.

Ce qui reste à venir est bien plus difficile. Il faut maintenant, pour qu’existe une réelle égalité des chances, mettre en place des mesures au niveau des institutions qui compensent le poids du vécu, l’impact de la discrimination implicite, et les contraintes de la maternité. Ou pas.

Depuis une vingtaine d’années, bien des mesures ont été déployées, en France comme dans beaucoup d’autres pays à haut revenu, afin de pallier le manque d’opportunités pour les femmes dans de nombreux métiers. Nous commençons à avoir suffisamment de recul pour pouvoir poser la question de leur efficacité.
Parfois, la réponse est surprenante.



Lire la tribune sur Le Monde

© Photo by Jan Strecha on Unsplash

Articles précédents

  • Dialogues économiques

L’altruisme est-il plus social que l’État ?

L’altruisme fait partie de ces « aliens » étrangers aux débats économiques habituels. Mais qui n’a jamais compté sur un ami ou un parent pour le dépanner ? Ces transferts privés jouent un rôle d’autant plus important dans les pays en développement. Quand l’État social est faible, il ne reste plus que l’appel aux proches en dernier ressort. Si bien que lorsque l’altruisme occupe une place importante dans le tissu économique, une politique de redistribution mal calculée peut s’avérer contre-productive !
13 mars 2019
  • Presse / expertise

Un « nouveau modèle de croissance économique » pour l’Algérie

Dans une tribune au « Monde », l’économiste Raouf Boucekkine rappelle l’épisode de tentative de réforme économique menée entre 2014 et 2017, qui s’était enlisée dans les contradictions d’un régime déjà incapable de gérer la crise générée par la chute des cours du pétrole.
13 mars 2019
  • Presse / expertise

Repenser la propriété de l’entreprise pour plus de justice sociale

Le pacte proposé par dix-neuf ONG, organisations et syndicats mardi 5 mars afin de « faire face à l’urgence sociale et économique » fait état de 66 propositions. Parmi ces dernières, nombreuses sont celles qui concernent la place du salarié dans l’entreprise et la nécessité d’une réforme en profondeur de cette dernière. Une tribune de Patrick Pintus dans The Conversation.
11 mars 2019