Les mesures en faveur des femmes peuvent se retourner contre elles

Presse / expertise
Quotas ou contraintes visant à pallier le manque d’opportunité des femmes dans de nombreux métiers n’ont pas toujours les effets escomptés. Aussi faut-il se montrer prudent avant de les imposer, estime l’économiste Cecilia Garcia-Peñalosa, dans une tribune au « Monde ».
07 mars 2019

La partie, au final la plus facile, les femmes l’ont réalisée. Obtenir le droit de vote, être les égales des hommes devant la loi, choisir et décider de l’usage de leur corps… Le XXe siècle a été celui de la bataille pour l’égalité devant la loi entre femmes et hommes dans les sociétés développées.

Ce qui reste à venir est bien plus difficile. Il faut maintenant, pour qu’existe une réelle égalité des chances, mettre en place des mesures au niveau des institutions qui compensent le poids du vécu, l’impact de la discrimination implicite, et les contraintes de la maternité. Ou pas.

Depuis une vingtaine d’années, bien des mesures ont été déployées, en France comme dans beaucoup d’autres pays à haut revenu, afin de pallier le manque d’opportunités pour les femmes dans de nombreux métiers. Nous commençons à avoir suffisamment de recul pour pouvoir poser la question de leur efficacité.
Parfois, la réponse est surprenante.



Lire la tribune sur Le Monde

© Photo by Jan Strecha on Unsplash

Articles précédents

  • Dialogues économiques

Lancer l’alerte : enfin une nouvelle législation européenne

En avril 2019, pressée par la société civile, le parlement européen a voté une nouvelle législation permettant une meilleure protection des lanceurs d’alerte. C’est a priori une bonne nouvelle, pas seulement pour les droits humains mais aussi pour la lutte contre la corruption. Il s’agit d’un pas de plus dans le combat que mène l’UE contre la corruption. Surtout, une bonne nouvelle pour la protection des lanceurs d’alerte car il n’en a pas toujours été ainsi.
01 août 2019
  • Dialogues économiques

Les motivations à entreprendre dictent-elles la performance de l’entreprise ?

Beaucoup de microentreprises voient le jour grâce aux microcrédits. C’est un moyen efficace de lutte contre l’exclusion financière ou le chômage. Mais la performance de l’entreprise varie selon les motivations initiales des entrepreneurs. Renaud Bourlès et Anastasia Cozarenco montrent que les projets créés par « nécessité » génèrent, le plus souvent, moins de bénéfices que ceux réalisés par « opportunité ». Ces différences appellent à la mise en place de politiques de microfinance diversifiées selon les profils.
19 juillet 2019
  • Dialogues économiques

Lancer l’alerte, un acte nécessaire mais aussi mesurable !

Les lanceurs d’alertes doivent faire face à de nombreuses menaces. Même s’ils sont protégés par la loi, surtout dans les pays du G20, ils sont encore vulnérables. Leur offrir une meilleure protection est un véritable défi. C'est pourquoi les philosophes Manohar Kumar et Daniele Santoro proposent une série de critères pour justifier les actions des lanceurs d'alerte et ouvrent le débat à travers un volet en trois parties.
15 juillet 2019