Mesures sanitaires contre la Covid 19 : ce que les préférences de la population nous disent

Expertise
Des chercheurs en économie parviennent à quantifier le degré de résistance ou d’acceptabilité d’une population face aux diverses stratégies de lutte contre l’épidémie de Covid-19. L'article scientifique est publié dans The Lancet Public Health.
07 décembre 2020
Des chercheurs parviennent à quantifier le degré de résistance ou d’acceptabilité d’une population face aux diverses stratégies de lutte contre l’épidémie de Covid-19. L'article scientifique est publié dans la revue internationale The Lancet Public Health.

Confinement total, restrictions de déplacement, fermeture des frontières, des bars, des restaurants, des salles de spectacles, limitations dans le système de transport en commun,  comment ces restrictions sont-elles acceptées par la population ? Comment les gens classent-ils entre elles les différentes mesures de lutte contre la propagation du virus ? 

L'article scientifique est publié dans la revue internationale The Lancet  Public Health

►Blayac T., Dubois D., Duchêne S., Nguyen-Van P., Ventelou B., Willinger M. 2020, Population preferences for inclusive COVID-19 policy responsesThe Lancet Public Health.

Le projet est financé par l’Agence Nationale de la Recherche (ANR/Flash Covid 19). Il est mené par Aix-Marseille School of Economics (AMSE), le Centre Economie de l’Environnement de Montpellier (CEE-M), le laboratoire Bureau d'Économie Théorique et Appliquée (BETA) de Strasbourg.

Résumé 

Une enquête a été menée  en mai 2020 auprès d’un échantillon représentatif de la population française par un groupe de chercheurs spécialisés en économie comportementale*. 

L’enquête utilise une méthode de révélation des préférences (Discrete Choice Experiment)  pour évaluer les préférences de la population concernant divers « menus » de stratégies politiques de lutte contre l'épidémie de Covid-19.  

Une analyse de classement des préférences a été menée pour la population dans son ensemble, mais également en différenciant les sous-groupes (vulnérabilité clinique, tranches d'âge, sexe).

Résultats

L’étude a montré que le port du masque, les restrictions dans les transports en commun et le suivi numérique ont été jugés acceptables par la population générale alors que la fermeture des bars et des restaurants ne l’est pas du tout.

L’étude dresse le portrait d'une population française qui perçoit certaines des mesures prophylactiques comme des maux nécessaires à comparer avec qui contrebalancent le risque de confinement total, une perspective que la plupart des gens voient négativement.

Les jeunes constituent le segment le plus dissonant de la population. Leurs préférences « anti-Covid » et leur demande de compensation monétaire (en récompense des efforts demandés) diffèrent assez fortement de celles des autres classes d’âge.

Savoir comment les gens classent les différentes mesures prophylactiques Covid-19 est une condition préalable à la conception d'ensembles de programmes de politique publiques appropriés de lutte contre les épidémies.

Le graphique montre les degrés de résistance ou d'acceptabilité de la population, selon les mesures sanitaires et les sous-groupes de population interrogés

© 2020 The Authors / Bruno Ventelou 

En savoir plus : 

  Bruno Ventelou (CNRS/AMSE) 

 Lire en intégralité la note "Seeking more inclusive Covid-19 policy responses: what population preferences tell us"

 Lire la publication sur le site de la revue The Lancet  : Blayac T., Dubois D., Duchêne S., Nguyen-Van P., Ventelou B., Willinger M. 2020, Population preferences for inclusive COVID-19 policy responses, The Lancet Public Health.

 Lire l'article "Quelles mesures sanitaires les Français sont-ils prêts à accepter ?", The Conversation.fr, le 30 décembre 2020. 

 

Articles précédents

  • Dialogues économiques

Quand les bulles gonflent la croissance. Bulles spéculatives, partie I.

Les bulles spéculatives sont bonnes pour la croissance ! Ce constat empirique a animé de grands débats chez les économistes dans les années 2000. Pour expliquer le phénomène, Xavier Raurich et Thomas Seegmuller étudient des acteurs économiques au cours de trois périodes de leur vie : la jeunesse, l’âge adulte et la retraite, chaque âge proposant ses propres choix d’investissement. Ainsi, les jeunes peuvent, par exemple, investir dans leur éducation (un capital productif mais peu liquide) en utilisant des crédits liés à la bulle (ou actifs spéculatifs liquides).
06 janvier 2021
  • Conférences

Ils se marièrent et eurent beaucoup d'enfants. Introduction à l'économie de la famille

Conférence tous publics d'Hélène Le Forner (Aix-Marseille Université, FEG) qui propose une introduction à l'économie de la famille dans le cadre du cycle Sciences Echos.
04 janvier 2021
  • Conférences

La taxe carbone peut-elle être juste ?

Conférence tous publics de Justin Leroux (HEC) qui propose une introduction à l'économie de l'environnement dans le cadre du cycle Sciences Echos.
04 janvier 2021