Sectorisation et ségrégation urbaine à Marseille

Presse / expertise
L’économiste Alain Trannoy et la militante associative Fatima Orsatelli analysent, dans une tribune au « Monde », le lien entre le système électoral propre à Marseille et la difficulté de définir une politique municipale à l’échelle de toute la ville.
11 juin 2019

 

 

Dans une tribune de presse publiée dans Le Monde (LeMonde.fr) du 6 juin 2019, Alain Trannoy (EHESS, AMSE) et Fatima Orsatelli, militante associative marseillaise, s'inquiètent de la situation de la cité coupée en deux entre, d'un côté, les quartiers sud et de l'autre les quartiers nords, révélant une réelle fracture urbaine, sociale et politique:  "Le drame du 5 novembre 2018 de la rue d’Aubagne à Marseille, où huit personnes ont trouvé la mort à la suite de l’effondrement d’un immeuble vétuste, a révélé au grand jour l’acuité des problèmes dont souffre la cité phocéenne : l’insalubrité du parc dans l’ancien figure en bonne place, mais en arrière-plan, Marseille affiche un taux de pauvreté de 23 %, soit près de 8 points de plus que la moyenne nationale, 7 de plus que Lyon et Paris. Une ségrégation urbaine unique pour une grande ville, des écoles publiques dans un état de dégradation inconnue ailleurs, alors même que les touristes se pressent au Mucem et les croisiéristes fréquentent des centres commerciaux flambant neufs."

Lire la tribune

© Photo Karmel80 on Creative Commons License CC BY-NC 2.0

Articles précédents

  • Dialogues économiques

Lancer l’alerte : enfin une nouvelle législation européenne

En avril 2019, pressée par la société civile, le parlement européen a voté une nouvelle législation permettant une meilleure protection des lanceurs d’alerte. C’est a priori une bonne nouvelle, pas seulement pour les droits humains mais aussi pour la lutte contre la corruption. Il s’agit d’un pas de plus dans le combat que mène l’UE contre la corruption. Surtout, une bonne nouvelle pour la protection des lanceurs d’alerte car il n’en a pas toujours été ainsi.
01 août 2019
  • Dialogues économiques

Les motivations à entreprendre dictent-elles la performance de l’entreprise ?

Beaucoup de microentreprises voient le jour grâce aux microcrédits. C’est un moyen efficace de lutte contre l’exclusion financière ou le chômage. Mais la performance de l’entreprise varie selon les motivations initiales des entrepreneurs. Renaud Bourlès et Anastasia Cozarenco montrent que les projets créés par « nécessité » génèrent, le plus souvent, moins de bénéfices que ceux réalisés par « opportunité ». Ces différences appellent à la mise en place de politiques de microfinance diversifiées selon les profils.
19 juillet 2019
  • Dialogues économiques

Lancer l’alerte, un acte nécessaire mais aussi mesurable !

Les lanceurs d’alertes doivent faire face à de nombreuses menaces. Même s’ils sont protégés par la loi, surtout dans les pays du G20, ils sont encore vulnérables. Leur offrir une meilleure protection est un véritable défi. C'est pourquoi les philosophes Manohar Kumar et Daniele Santoro proposent une série de critères pour justifier les actions des lanceurs d'alerte et ouvrent le débat à travers un volet en trois parties.
15 juillet 2019