Supprimer la taxe d’habitation, un cadeau aux 20 % les plus aisés

Presse / expertise
Les arguments en faveur de la « suppression totale » de cet impôt ne résistent pas à l’examen, expliquent Martin Collet, Etienne Lehmann (Université Panthéon-Assas) et Alain Trannoy (EHESS, AMSE), dans une tribune au « Monde ».
07 mars 2019

D’ici à la fin du quinquennat, « plus personne ne paiera » la taxe d’habitation, a assuré le président de la République lors d’un des « débats citoyens ». Faut-il vraiment se féliciter de cette annonce ? Rien n’est moins sûr. Certes, il faut savoir gré à Emmanuel Macron d’avoir voulu s’attaquer dès le lendemain de son élection aux injustices de cet impôt local en obtenant du Parlement l’exonération, à l’horizon 2020, de la taxe d’habitation pour 80 % des contribuables, et ce pour un coût budgétaire de 10 milliards d’euros.

Toutefois, le coût de la suppression pour les 20 % des contribuables restants serait du même ordre que celui des mesures de pouvoir d’achat annoncées par le président pour calmer la colère des « gilets jaunes » soit, là encore, 10 milliards d’euros, selon le rapport sur la refonte de la fiscalité locale de la mission Finances locales, présidée par Alain Richard et Dominique Bur, remis au premier ministre en mai 2018. De ce fait, sans même tenir compte de la perte de recettes liée à la non-augmentation des taxes sur le carburant, la trajectoire figurant dans la loi de programmation de finances publiques (LPFP) pour les années 2018 à 2022 apparaît caduque.

D’autant que la croissance n’est pas au rendez-vous. Ensuite, il est tout de même singulier de proposer un cadeau fiscal aux 20 % les plus aisés en pleine grogne sur l’injustice fiscale. 

Est-il si difficile d’imaginer une base rénovée et aisément révisable, fondée sur le prix moyen des loyers au mètre carré par commune ou par zone géographique (les arrondissements pour Paris-Lyon-Marseille, par exemple), multiplié par la superficie du logement ? Si nous ne savons pas faire compliqué, faisons simple.

Lire l'article sur Le Monde

Articles précédents

  • Dialogues économiques

Violence en Afrique : les multinationales dans le viseur ?

Qui fait quoi dans les conflits miniers en Afrique ? Traquer l’origine des minerais n’est pas chose aisée pour les multinationales. Pourtant, face à l’ampleur des dégâts humains et sociaux, leur responsabilité est fortement engagée. Dans un récent article scientifique, Nicolas Berman, Mathieu Couttenier, Dominic Rohner, et Mathias Thoenig montrent que la présence de firmes étrangères en Afrique augmente la violence des territoires miniers. Depuis peu, les firmes, ONG et États multiplient les initiatives de transparence. Les auteurs se penchent sur leur impact sur la stabilité dans ces régions.
26 avril 2019
  • Dialogues économiques

Comment le « boom des minerais » augmente la violence en Afrique

La hausse du prix des minerais peut avoir de sanglantes conséquences en Afrique. C’est ce qu’ont observé Nicolas Berman, Mathieu Couttenier, Dominic Rohner, et Mathias Thoenig dans une étude récente sur l’ensemble de l’Afrique. Le boom des prix de ces minerais en 2000 pourrait expliquer jusqu’à un quart des conflits en Afrique. La violence se déploie même au-delà des zones minières. Avec l’argent gagné les rebelles déploient leurs combats en étendant leurs zones d’influence.
24 avril 2019
  • Presse / expertise

Faut-il davantage de forfaits dans la rémunération du médecin généraliste ?

Le débat sur la rémunération des acteurs de santé est ouvert depuis la remise fin janvier du rapport de Jean-Marc Aubert, patron de la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du ministère de la Santé. La concertation lancée ensuite sur ce thème par Agnès Buzyn touche à sa fin. Mais sans attendre les décisions de la ministre, il est clair que la logique forfaitaire devrait progresser, notamment dans le mode de paiement du médecin généraliste. Le Quotidien a sollicité les avis de deux experts économistes sur cette question. L’un et l’autre reviennent sur l’intérêt, mais aussi la difficulté de l’entreprise. Et posent comme un préalable, la nécessaire protocolisation des pratiques et des parcours.
18 avril 2019