Comment le « boom des minerais » augmente la violence en Afrique

Dialogues économiques
La hausse du prix des minerais peut avoir de sanglantes conséquences en Afrique. C’est ce qu’ont observé Nicolas Berman, Mathieu Couttenier, Dominic Rohner, et Mathias Thoenig dans une étude récente sur l’ensemble de l’Afrique. Le boom des prix de ces minerais en 2000 pourrait expliquer jusqu’à un quart des conflits en Afrique. La violence se déploie même au-delà des zones minières. Avec l’argent gagné les rebelles déploient leurs combats en étendant leurs zones d’influence.
24 avril 2019

« Diamants de sang », « or des conflits », « coltan sanglant » les appellations sont nombreuses pour rappeler la guerre à laquelle se livrent les plus cupides. Y a-t-il jamais de minerais sans violence ? Ce sujet a été largement discuté, mais peu d’études ont montré la relation causale entre hausse du prix des minerais et conflits. C’est le propos de cette analyse, parue dans the American Economic Review et portant sur l’ensemble de l’Afrique de 1997 à 2010. 

Le « boom » des minerais 

Entre 2000 et 2009, le prix des minerais a plus que doublé en moyenne. Ce « boom des minerais » a été largement impulsé par le rôle de nouvelles puissances, comme la Chine ou l’Inde par exemple, qui ont considérablement augmenté leur demande. En 1997 une once d’or valait 338$ et en 2010, elle atteignait 1084$ ! 

Les conséquences sur le terrain sont tout autant explosives... Sur la période étudiée, un quart des conflits observés sur le continent africain peut être expliqué par la hausse de ces cours mondiaux ! 

En quadrillant l’Afrique par zones de 55 sur 55km, les auteurs se sont penchés sur l’impact de l’augmentation du prix de 14 minerais1. Ces résultats sont mis en relation avec une base de données géo-localisées des événements violents (des émeutes aux conflits civils en passant par les batailles entre groupes armés) sur tout le territoire africain2.

Ce quadrillage à échelle locale va au-delà du cadre frontalier et réduit le poids des caractéristiques étatiques. Les conflits liés aux élections, les guerres inter-ethniques ou religieuses n’interfèrent pas avec les résultats. Chaque zone peut être comparée à sa voisine, qui lui est en tout point semblable, la présence de minerais mise à part. Les auteurs peuvent donc affirmer que la hausse du prix a pour conséquence directe l’augmentation de la violence. Comment se répercute concrètement le cours des minerais sur le terrain ? 

 

 

 

Financer l’avancée des milices 

Rackets, extorsions ou encore profits : les groupes rebelles s’alimentent à travers la rente de ces mines. Lorsque l’État est faible, les mines sont convoitées par les groupes armés qui en font leur base arrière. En République Démocratique du Congo, secouée depuis plus de 20 ans par la guerre, plus de 40 milices quadrillent le territoire. Leur appétit est à la hauteur des richesses de la région : 70% des réserves mondiales de coltan, des réserves en or, en diamant, en étain... D’autant que l’absence de l’État est patente. Entre mai 2012 et novembre 2013, un groupe appelé le M23 s’est établi sur le territoire congolais en développant une véritable administration et en créant des postes de ministres de l’Intérieur, des Affaires étrangères et de l’Agriculture. 

Conquérir une mine permet aux rebelles de générer des revenus en taxant la production ou la population locale, ou de bénéficier du support logistique des compagnies minières. Ce système repose souvent sur la promesse de protection pour les communautés sur place. Avec la manne d’argent recueillie, les milices peuvent financer leurs activités. Lorsque le prix des minerais augmente, leur capacité de combat s’accroit et ils peuvent alors étendre leurs zones d’influence.

À la suite de l’appropriation d’un territoire minier, l’étude montre que les groupes rebelles ont trois fois plus de chance de déployer leurs combats vers d’autres régions que des groupes qui conquièrent un territoire sans minerai. Cette escalade de violence est encore visible jusqu’à 1000 kilomètres à la ronde. L’enjeu dépasse le simple contexte local. Pour soutenir le propos, les auteurs identifient l’ethnie principale de chaque groupe armé et montrent qu’une hausse du prix des minerais exploités dans leur territoire d’origine leur permet d’étendre leurs combats.

 

 

 

 

Une PlayStation pour Noël ? 
 
C’est la consommation des pays développés qui fait varier le prix des minerais en grande partie. La demande de produits électroniques peut ébranler durablement les régions fournisseuses de minerais. À l’annonce de la sortie d’une nouvelle Playstation par la firme Sony, au début 2000, une demande accrue en coltan, un de ses composants principaux, a engendré une augmentation de son prix de 90$ à 590$ par kilogramme. La République Démocratique du Congo est apparue comme un terrain idéal pour les fournisseurs étrangers. Raul Sanchez de la Sierra3. a analysé les répercussions sur le terrain à travers une étude sur 380 zones minières. Selon cet économiste, suite à la hausse des prix, les milices se sont multipliées dans les sites de coltan et la violence s’est accrue. Malgré la baisse des prix, elles sont restées sur le territoire, entraînant des perturbations à long-terme pour les villages alentours. A travers son effet sur les cours mondiaux, notre consommation peut donc créer une véritable onde de choc.  

 

Terrain miné et argent disséminé 
 

La hausse des prix profitent-elles aux États ?  Mise à part l’Afrique du Sud, tous les autres pays étudiés par Nicolas Berman, Mathieu Couttenier, Dominic Rohner, et Mathias Thoenig sont des petits producteurs de minerais à échelle mondiale. Pourtant, c’est sur leur sol que se trouvent ces minerais. 

Dans la région des Grands Lacs le chemin suivi par l’argent emprunte bien souvent des canaux inofficieux. Selon le quotidien Le Monde, près de deux tonnes d’or filent entre les doigts des autorités locales de l’Ituri4 chaque mois5, alors qu’officiellement, seulement 33 kilos sont reportés par an ! Le même schéma se répète pour le coltan. Un rapport du Conseil de Sécurité des Nations Unis datant de 20146 a ainsi dénoncé l’évaporation des minerais congolais, en mettant en cause le Rwanda, l’Ouganda et le Burundi. Les chiffres sont pour le moins suspects. Alors que la République Démocratique du Congo détient 70% des réserves mondiales, le Rwanda a été, entre 2013 et 2014 le premier exportateur mondial de coltan. 

 

 

 

 

Qui en paye le prix ? 

Les milices ne sont pas les seuls éléments perturbateurs de ces régions. Mais parmi ceux qui en payent le prix, les populations sont les premières touchées. Travail forcé, main d’œuvre peu chère, non-respect des droits individuels sont le lot quotidien des mineurs africains. Derrière cette force laborieuse quasi gratuite, le risque d’émeutes ou révoltes accroit aussi l’insécurité. 

Pour les deux chercheurs Bazzi et Blattman7 les mines sont de véritables poudrières à ciel ouvert. L’augmentation du cours des minerais entraîne la cupidité et l’intérêt des voisins. Les nouvelles opportunités économiques minières et l’insécurité génèrent d’importants mouvements de population et changements sociodémographiques, déstabilisant davantage les régions. Et derrière l’exploitation à outrance des sites miniers, les enjeux environnementaux se transforment parfois en disputes territoriales. 

Ressources minières et violence sont-elles intrinsèques ? A travers leur article, les auteurs Nicolas Berman, Mathieu Couttenier, Dominic Rohner, et Mathias Thoenig en soulignent le risque. Les entreprises multinationales et les États ne peuvent rester spectateurs – voire acteurs ! - de ces exactions. Pour contrer cette tendance, ils peuvent construire des bases solides en s’attaquant à la corruption et en privilégiant la transparence. 

Dans leur étude, Nicolas Berman, Mathieu Couttenier, Dominic Rohner, et Mathias Thoenig s’attèlent à analyser l’impact des mesures de transparence sur la violence en Afrique. C’est l’objet de notre prochain article. 
 

Claire Lapique

© Photos: Unsplash et Flickr (UN Photos)

 

Référence: This Mine is Mine! How Minerals Fuel Conflicts in Africa, By Nicolas Berman, Mathieu Couttenier, Dominic Rohner, and Mathias Thoenig, American Economic Review 2017, 107(6): 1564–1610. 

  • 1. RMD, Raw material data (Localisation et type de mines et minerais)
  • 2. ACLED, Armed Conflict Location Events Data (Type de conflits et acteurs impliqués)
  • 3. On the origins of the state: stationary bandits and taxation in eastern congo, Raul Sanchez de la Sierra, November 23, 2018
  • 4. Une région au Nord-Est de la RDC
  • 5. https://www.lemonde.fr/afrique/article/2019/03/06/en-afrique-le-florissa...
  • 6. Conseil de sécurité des Nations unies, Rapport final du Groupe d’experts sur la République du démocratique du Congo, 23/01/2014, 281 p. (S/2014/42). 
    Cf. Rapport de l’OFPRA, L’exploitation et l’exportation des minerais dans l’Est de la RDC, 14 août 2014
  • 7. Bazzi, Samuel, and Christopher Blattman. 2014. “Economic Shocks and Conflict: Evidence from Commodity Prices.” American Economic Journal: Macroeconomics 6 (4): 1–38

Articles précédents

  • Dialogues économiques

Éthique et marché : compatibles ou irréconciliables ?

Difficile de conjuguer éthique et marché quand celui-ci est ponctué à intervalles réguliers de fraudes et d’escroqueries en tout genre. Faudrait-il inclure davantage de concurrence afin d’atteindre l’efficience ou au contraire réguler le marché ? Marie Claire Villeval interroge l’économie expérimentale pour démêler ce dilemme récurrent.
11 septembre 2019
  • Dialogues économiques

Les fonds souverains se mettent à la mode

Avec son fonds souverain, le Qatar possède le PSG, plus de six hôtels à Paris et des actions chez Lagardère ou Total. De quoi en faire bondir plus d’un. Mais le pays s’insère dans une dynamique observée à plus large échelle. Plus de 45% des fonds existants ont été créés entre 2000 et 2009. Les économistes C. Lecourt, J. Amar et V. Kinon décryptent ce qui est à l’origine d’un tel engouement et les comportements de ces nouveaux placements.
28 août 2019