Conférence de Joseph Stiglitz à l'écoute, en intégralité

Conférences
Invité par AMSE, Joseph Stiglitz a tenu une conférence publique vendredi 11 octobre à Marseille. Retrouvez la conférence à l'écoute en intégralité.
25 octobre 2019

Dans le cadre des policy lectures de l'AMSE,  Joseph Stiglitz a tenu une conférence publique vendredi 11 octobre 2019 à Marseille. 

Ce fut l'occasion pour le prix Nobel d'économie de présenter son nouveau livre Peuple, pouvoir & profits (éd. Les Liens qui Libèrent).  

La conférence s'intitulait "Le capitalisme à l'heure de l'exaspération sociale" et a été diffusée en direct sur Radio Grenouille 88.8 FM : 

>>>> Ecoutez en intégralité la conférence de Joseph Stiglitz " Le capitalisme à l'heure de l'exaspération sociale" <<< 

 

Depuis plusieurs décennies, Joseph Stiglitz développe une critique forte du néolibéralisme. Il dénonce la foi aveugle dans les marchés libres et sans entrave. Il fustige la mondialisation qui étrangle les pays en développement. Il condamne la libre circulation des capitaux qui aboutit à des crises financières. Il met en garde contre le creusement des inégalités.
Toutes ces évolutions sont liées à la présence des grandes entreprises. Grâce à leur « pouvoir de marché », elles exploitent aussi bien leur personnel que leurs clients pour accroître leurs profits. Ces profits leur permettent d’« acheter » le pouvoir politique afin qu’il légifère selon leurs désirs, et non dans l’intérêt du peuple. Mais ce dernier n’en peut plus. Il veut que cela change.
Entrent alors en scène des démagogues qui, pour tirer parti de cette colère, élaborent une critique superficielle de la mondialisation. Fondée sur l’hostilité à l’égard des migrants et le protectionnisme, celle-ci trouve un large écho auprès des victimes de la désindustrialisation. Ces nouveaux populistes ont également l’appui des grandes entreprises, et pour cause : ils travaillent pour elles, notamment en leur accordant des réductions d’impôts massives et en déréglementant. Pour combien de temps ?
Dans ce livre, Stiglitz ne se contente pas d’analyser avec finesse les grands problèmes actuels de l’Occident (l’anémie de l’économie, le pouvoir des monopoles, la mauvaise gestion de la mondialisation, la financiarisation abusive, le changement technologique mal maîtrisé). Il propose aussi un tournant radical : un programme économique et politique progressiste. À ses yeux, il est urgent de mettre en œuvre une politique sociale ambitieuse autour d’une idée forte : l’« option publique ».
Car c’est en s’attaquant de front au pouvoir et aux profits des grandes compagnies que le peuple pourra enfin espérer vivre décemment.

Joseph Stiglitz, prix Nobel d’économie, a été économiste en chef de la Banque mondiale. Il a publié de nombreux ouvrage, parmi lesquels Le prix de l’inégalité ou Le triomphe de la cupidité (Les Liens qui libèrent).

 

© Reda Settar

 

 

Articles précédents

  • Dialogues économiques

Une relation ambivalente entre sida et éducation ?

Alors que l’Afrique sub-saharienne connaît les plus forts taux de SIDA au monde, les systèmes sociaux de santé peinent à se démocratiser et l’inégalité d’accès aux soins persiste. Renaud Bourlès, Bruno Ventelou et Maame Esi Woode montrent qu’au-delà des effets directs liés aux conséquences de la maladie, l’épidémie influence également l’éducation des enfants, via le comportement des parents face au risque de la contracter.
06 janvier 2020
  • Dialogues économiques

Colonisation et mondialisation : une histoire de taille

La taille peut en dire long. Pendant la première période de la mondialisation, à la fin du XIXème siècle, les Philippins ont perdu jusqu’à 1,5 centimètres par rapport à leurs aïeux, témoin probable de la dégradation des conditions de vie et de la sous-alimentation. La croissance économique ne semble pas profiter à tous de la même manière, surtout pour les peuples colonisés.
18 décembre 2019
  • Conférences

Santé, Environnement, économie : ces objectifs sont-ils incompatibles ?

L'économie est souvent associée aux entreprises, au marché, aux échanges marchands. Comment mesurer alors les avantages économiques de déterminants du bien-être comme la santé, l’éducation ou l’environnement qui sont a priori non-marchands ? Dominique Ami, maître de conférences en économie à Aix-Marseille Université et chercheure à Aix-Marseille School of Economics (AMSE) est intervenue sur cette question dans le cadre des conférences Sciences Echos destinées à un public scolaire.
19 novembre 2019