Quel est l'impact des choix de recherche publique sur l'innovation en France ?

Expertise
Le chercheur Raouf Boucekkine (AMU/AMSE) coordonne une étude pour le ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.  
16 juillet 2020

 

Raouf Boucekkine, chercheur à Aix-Marseille Université, professeur d'économie à Aix-Marseille School of Economics, coordonne une étude pour ministère de l'Enseignement supérieur, de la Recherche et de l'Innovation (MESRI) .  Le projet consiste à analyser le plus finement possible les liens de causalité entre financement de la recherche publique et innovation en France

Ce projet rassemble un panel de chercheurs en économie issus de différents centres de recherche français, spécialisés dans l'analyse et l'évaluation des politiques publiques et sur les méthodes de fouille de données pour répondre à des questions sur l’innovation. 

 

Comment mesurer l'impact économique de la recherche publique en France ? 

Les chercheurs ont choisi d’exploiter au maximum l’information statistique disponible afin d’analyser le plus finement possible les effets économiques de la recherche publique. Il s'interrogent, par exemple, sur l'évolution des indicateurs clés de performance économique (comme la productivité des entreprises) au regard des variations de financement dans un champs de recherche défini. 

Pour cela, les économistes se proposent de réaliser : 

  • Une analyse fouillée de la politique scientifique du MESRI, sur les 20 dernières années en termes de montants mais aussi de branches de recherche et de destinations des fonds (géographie et public/privé), pour, au-delà des tendances lourdes du financement de la recherche en France, identifier la persistance d’autres axes de recherche dans la stratégie nationale de recherche, et de nouvelles orientations structurantes.
  • Une cartographie des liens entre inventions académiques et productivité des entreprises 
  • Des études approfondies pour des domaines ou sous-domaines technologiques porteurs.
  • Une méthodologie accessible d’évaluation de l’impact des choix publics de politique scientifique sur l’innovation et les performances économiques, à différents niveaux d’agrégation sectorielle.

 

Les résultats de l’étude pourraient avoir des implications sur la politique scientifique française, en particulier sur l’orientation des financements de la recherche et l'investissemement qui maximiserait les retombées économiques. 

 

En savoir plus : 

→ Raouf Boucekkine (AMU/AMSE).  

Lire la note du projet, en intégralité. 

 

Ce projet est mené en partenariat avec : 

- GREThA - Groupe de Recherche en Economie Théorique et Appliquée, Université de Bordeaux.  

- OFCE - Observatoire Français des Conjonctures Économiques, Fondation des Sciences Politiques. 

IPP - Institut des Politiques Publiques, Paris School of Economics. 

 

© Photo by Octavian Rosca on Unsplash

Articles précédents

  • Dialogues économiques

(Dé)Centralisons les biens communs !

Doit-on préférer aux petites communes les grandes métropoles ? Dans la théorie économique classique, la réponse est oui : centraliser permet de réduire les dépenses. Pourtant, quand les autorités publiques ne disposent pas de toute l’information pertinente, on peut préférer à cette solution centralisée un modèle fédéral avec plusieurs petites villes entre lesquelles on peut effectuer de la redistribution. C’est ce que montrent Nicolas Gravel et Michel Poitevin en étudiant la répartition des biens publics dans des cadres fédérés ou unitaires.
16 septembre 2020
  • Expertise

Traduction des "Principes d'économie politique" de Carl Menger

Première édition intégrale d’une œuvre fondatrice de la science économique contemporaine. Traduite de l'allemand (Autriche) et éditée par Gilles Campagnolo.
15 septembre 2020
  • Tribune

Philippe Mongin, philosophe de l'économie

Une tribune publiée dans Le Monde, signée Daniel Andler, Marc Fleurbaey et Alain Trannoy.
26 août 2020