Un « nouveau modèle de croissance économique » pour l’Algérie

Presse / expertise
Dans une tribune au « Monde », l’économiste Raouf Boucekkine rappelle l’épisode de tentative de réforme économique menée entre 2014 et 2017, qui s’était enlisée dans les contradictions d’un régime déjà incapable de gérer la crise générée par la chute des cours du pétrole.
13 mars 2019

Les événements d’Algérie sont, pour l’observateur de l’économie de ce pays que je suis, prodigieux à bien des égards. D’abord parce que, comme bien d’autres, je considérais cette révolte comme hautement improbable venant d’un peuple d’abord soumis à la barbarie terroriste pendant plus de dix ans, puis lourdement conditionné par le torrent de subventions déversé par le pouvoir pendant l’embellie pétrolière, et même après le contre-choc pétrolier de 2014.

Ensuite, parce que je m’étais convaincu, au bout de mon expérience au sein d’une task force d’experts réunie par l’ex-premier ministre Abdelmalek Sellal entre novembre 2015 et mai 2017, que seule la contrainte externe pouvait amener le régime à accepter des réformes structurelles. A l’époque, je pensais « réformes économiques », et je voyais le Fonds monétaire international (FMI) dans le rôle de père Fouettard. Mais je ne pensais pas qu’une révolte populaire pourrait conduire à revisiter les fondements mêmes de la République algérienne.

Lire la tribune de Raouf Boucekkine, Aix-Marseille Université, IMéRA, AMSE, dans Le Monde

 

Articles précédents

  • Dialogues économiques

Lancer l’alerte, un acte nécessaire mais aussi mesurable !

Les lanceurs d’alertes doivent faire face à de nombreuses menaces. Même s’ils sont protégés par la loi, surtout dans les pays du G20, ils sont encore vulnérables. Leur offrir une meilleure protection est un véritable défi. C'est pourquoi les philosophes Manohar Kumar et Daniele Santoro proposent une série de critères pour justifier les actions des lanceurs d'alerte et ouvrent le débat à travers un volet en trois parties.
15 juillet 2019
  • Dialogues économiques

Le « riz » de la discorde : de l’Empire d’Angkor au Kampuchéa démocratique

De l’Empire d’Angkor jusqu’au régime Khmer rouge de Pol Pot, le Cambodge a été tour à tour terre d’abondance et de déshérence, pays prospère puis meurtri. L’historien Ben Kiernan a tracé une ligne entre ces histoires : jusqu’aujourd’hui, le Cambodge s’est rendu maître de la riziculture. Depuis l’ère glaciaire, les conditions climatiques ont forgé une terre fertile, d’où ont émergé la civilisation khmère d’Angkor et le Kampuchéa démocratique.
03 juillet 2019
  • Dialogues économiques

PORTFOLIO - Entre permanence et changement, le Cambodge et ses rythmes culturels

Dialogeco a interviewé le professeur Ben Kiernan, de l'Université de Yale, à propos de l'histoire du Cambodge. Il retrace les grandes lignes de ce qui fit la prospérité de l'Empire d'Angkor, à travers ses ressources naturelles. Plongée dans la richesse et l'abondance de ce pays d'Asie du Sud Est.
03 juillet 2019