Un « nouveau modèle de croissance économique » pour l’Algérie

Presse / expertise
Dans une tribune au « Monde », l’économiste Raouf Boucekkine rappelle l’épisode de tentative de réforme économique menée entre 2014 et 2017, qui s’était enlisée dans les contradictions d’un régime déjà incapable de gérer la crise générée par la chute des cours du pétrole.
13 mars 2019

Les événements d’Algérie sont, pour l’observateur de l’économie de ce pays que je suis, prodigieux à bien des égards. D’abord parce que, comme bien d’autres, je considérais cette révolte comme hautement improbable venant d’un peuple d’abord soumis à la barbarie terroriste pendant plus de dix ans, puis lourdement conditionné par le torrent de subventions déversé par le pouvoir pendant l’embellie pétrolière, et même après le contre-choc pétrolier de 2014.

Ensuite, parce que je m’étais convaincu, au bout de mon expérience au sein d’une task force d’experts réunie par l’ex-premier ministre Abdelmalek Sellal entre novembre 2015 et mai 2017, que seule la contrainte externe pouvait amener le régime à accepter des réformes structurelles. A l’époque, je pensais « réformes économiques », et je voyais le Fonds monétaire international (FMI) dans le rôle de père Fouettard. Mais je ne pensais pas qu’une révolte populaire pourrait conduire à revisiter les fondements mêmes de la République algérienne.

Lire la tribune de Raouf Boucekkine, Aix-Marseille Université, IMéRA, AMSE, dans Le Monde

 

Articles précédents

  • Dialogues économiques

Violence en Afrique : les multinationales dans le viseur ?

Qui fait quoi dans les conflits miniers en Afrique ? Traquer l’origine des minerais n’est pas chose aisée pour les multinationales. Pourtant, face à l’ampleur des dégâts humains et sociaux, leur responsabilité est fortement engagée. Dans un récent article scientifique, Nicolas Berman, Mathieu Couttenier, Dominic Rohner, et Mathias Thoenig montrent que la présence de firmes étrangères en Afrique augmente la violence des territoires miniers. Depuis peu, les firmes, ONG et États multiplient les initiatives de transparence. Les auteurs se penchent sur leur impact sur la stabilité dans ces régions.
26 avril 2019
  • Dialogues économiques

Comment le « boom des minerais » augmente la violence en Afrique

La hausse du prix des minerais peut avoir de sanglantes conséquences en Afrique. C’est ce qu’ont observé Nicolas Berman, Mathieu Couttenier, Dominic Rohner, et Mathias Thoenig dans une étude récente sur l’ensemble de l’Afrique. Le boom des prix de ces minerais en 2000 pourrait expliquer jusqu’à un quart des conflits en Afrique. La violence se déploie même au-delà des zones minières. Avec l’argent gagné les rebelles déploient leurs combats en étendant leurs zones d’influence.
24 avril 2019
  • Presse / expertise

Faut-il davantage de forfaits dans la rémunération du médecin généraliste ?

Le débat sur la rémunération des acteurs de santé est ouvert depuis la remise fin janvier du rapport de Jean-Marc Aubert, patron de la direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques (DREES) du ministère de la Santé. La concertation lancée ensuite sur ce thème par Agnès Buzyn touche à sa fin. Mais sans attendre les décisions de la ministre, il est clair que la logique forfaitaire devrait progresser, notamment dans le mode de paiement du médecin généraliste. Le Quotidien a sollicité les avis de deux experts économistes sur cette question. L’un et l’autre reviennent sur l’intérêt, mais aussi la difficulté de l’entreprise. Et posent comme un préalable, la nécessaire protocolisation des pratiques et des parcours.
18 avril 2019