Un « nouveau modèle de croissance économique » pour l’Algérie

Press / expertise
Dans une tribune au « Monde », l’économiste Raouf Boucekkine rappelle l’épisode de tentative de réforme économique menée entre 2014 et 2017, qui s’était enlisée dans les contradictions d’un régime déjà incapable de gérer la crise générée par la chute des cours du pétrole.
March 13th 2019

Les événements d’Algérie sont, pour l’observateur de l’économie de ce pays que je suis, prodigieux à bien des égards. D’abord parce que, comme bien d’autres, je considérais cette révolte comme hautement improbable venant d’un peuple d’abord soumis à la barbarie terroriste pendant plus de dix ans, puis lourdement conditionné par le torrent de subventions déversé par le pouvoir pendant l’embellie pétrolière, et même après le contre-choc pétrolier de 2014.

Ensuite, parce que je m’étais convaincu, au bout de mon expérience au sein d’une task force d’experts réunie par l’ex-premier ministre Abdelmalek Sellal entre novembre 2015 et mai 2017, que seule la contrainte externe pouvait amener le régime à accepter des réformes structurelles. A l’époque, je pensais « réformes économiques », et je voyais le Fonds monétaire international (FMI) dans le rôle de père Fouettard. Mais je ne pensais pas qu’une révolte populaire pourrait conduire à revisiter les fondements mêmes de la République algérienne.

Lire la tribune de Raouf Boucekkine, Aix-Marseille Université, IMéRA, AMSE, dans Le Monde

 

Previously issued

  • Dialogues économiques

Ambivalent relationship between HIV and education

Sub-Saharan Africa has the highest HIV rate in the world, but there is a lack of public healthcare systems and huge inequalities regarding healthcare. Besides direct impacts on health, the HIV epidemic has side effects on children’s education, affecting parental behaviour around the risk of getting ill, find the economists Renaud Bourlès, Bruno Ventelou, and Maame Esi Wood.
January 06th 2020
  • Dialogues économiques

Globalization and colonization : a tale of size

There’s a message in people’s changes in height size. During the first globalization period, at the end of the 19th century, Filipinos lost up to 1.5 centimetres compared to their grandparents. This may be evidence of the degradation of living standards and nutrition. Economic growth does not pay off for everyone in the same way, as those who lived in colonized areas know.
December 18th 2019