DialogEco

A l’interface entre la recherche et la société, le département DialogEco d’AMSE se déploie sur 4 axes : le partage des savoirs, le développement d’outils pour l’analyse de l’actualité, l’intervention dans le débat public et la formation. Il s’appuie sur des études à l'intention d'organismes et collectivités, des conférences et, prochainement des films d’animation.
Sa revue, Dialogues économiques, donne les clés du raisonnement économique et fait du savoir un bien commun à la portée de tous. Elle est partenaire de la revue belge Regards économiques.
  • Dialogues économiques

Lancer l’alerte : enfin une nouvelle législation européenne

En avril 2019, pressée par la société civile, le parlement européen a voté une nouvelle législation permettant une meilleure protection des lanceurs d’alerte. C’est a priori une bonne nouvelle, pas seulement pour les droits humains mais aussi pour la lutte contre la corruption. Il s’agit d’un pas de plus dans le combat que mène l’UE contre la corruption. Surtout, une bonne nouvelle pour la protection des lanceurs d’alerte car il n’en a pas toujours été ainsi.
01 août 2019
  • Dialogues économiques

Les motivations à entreprendre dictent-elles la performance de l’entreprise ?

Beaucoup de microentreprises voient le jour grâce aux microcrédits. C’est un moyen efficace de lutte contre l’exclusion financière ou le chômage. Mais la performance de l’entreprise varie selon les motivations initiales des entrepreneurs. Renaud Bourlès et Anastasia Cozarenco montrent que les projets créés par « nécessité » génèrent, le plus souvent, moins de bénéfices que ceux réalisés par « opportunité ». Ces différences appellent à la mise en place de politiques de microfinance diversifiées selon les profils.
Référence : R. Bourlès, A. Cozarenco, Entrepreneurial motivation and business performance: evidence from a French Microfinance Institution, 2017
19 juillet 2019
  • Dialogues économiques

Lancer l’alerte, un acte nécessaire mais aussi mesurable !

Les lanceurs d’alertes doivent faire face à de nombreuses menaces. Même s’ils sont protégés par la loi, surtout dans les pays du G20, ils sont encore vulnérables. Leur offrir une meilleure protection est un véritable défi. C'est pourquoi les philosophes Manohar Kumar et Daniele Santoro proposent une série de critères pour justifier les actions des lanceurs d'alerte et ouvrent le débat à travers un volet en trois parties.
Référence : A justification of whistleblowing, Manohar Kumar, Daniele Santoro, Philosophy and Social Criticism, 2017.
15 juillet 2019
  • Dialogues économiques

Le « riz » de la discorde : de l’Empire d’Angkor au Kampuchéa démocratique

De l’Empire d’Angkor jusqu’au régime Khmer rouge de Pol Pot, le Cambodge a été tour à tour terre d’abondance et de déshérence, pays prospère puis meurtri. L’historien Ben Kiernan a tracé une ligne entre ces histoires : jusqu’aujourd’hui, le Cambodge s’est rendu maître de la riziculture. Depuis l’ère glaciaire, les conditions climatiques ont forgé une terre fertile, d’où ont émergé la civilisation khmère d’Angkor et le Kampuchéa démocratique.
Référence : Interview de Ben Kiernan, professeur d'Histoire à l'Université de Yale
03 juillet 2019
  • Dialogues économiques

PORTFOLIO - Entre permanence et changement, le Cambodge et ses rythmes culturels

Dialogeco a interviewé le professeur Ben Kiernan, de l'Université de Yale, à propos de l'histoire du Cambodge. Il retrace les grandes lignes de ce qui fit la prospérité de l'Empire d'Angkor, à travers ses ressources naturelles. Plongée dans la richesse et l'abondance de ce pays d'Asie du Sud Est.
03 juillet 2019
  • Dialogues économiques

L’échelle sociale pour répondre aux inégalités

Au-delà de la lutte contre les inégalités de revenu, certains focalisent leurs efforts sur l’égalité des chances afin de donner à tous les mêmes opportunités et permettre aux plus démunis de sortir de la pauvreté. C’est la mobilité sociale qui offre à chacun la possibilité de gravir les échelons. Les économistes F. Cowell et E. Flachaire proposent un indicateur de mobilité qui donne un nouvel aperçu des mesures sur les inégalités.
Référence : Measuring mobility, F. A. Cowell et E. Flachaire, Quantitative Economics
19 juin 2019
  • Presse / expertise

Sectorisation et ségrégation urbaine à Marseille

L’économiste Alain Trannoy et la militante associative Fatima Orsatelli analysent, dans une tribune au « Monde », le lien entre le système électoral propre à Marseille et la difficulté de définir une politique municipale à l’échelle de toute la ville.
11 juin 2019
  • Dialogues économiques

Les mères, gages du bonheur ?

L’expression « être mère de tous les maux » prend-elle tout son sens ? D’après l’ouvrage : The origins of happiness, co-écrit par Andrew Clark, Sarah Flèche, Richard Layard, Nattavudh Powdthavee et George Ward, le bonheur des enfants est fortement lié à la santé psychologique de la mère. Le mal-être traverse ainsi les générations et les séquelles s’en ressentent parfois jusqu’à l’âge adulte. Plaidant pour le bien-être citoyen, les auteurs préconisent de prévenir les dépressions dès le plus jeune âge.
Référence : Clark, A E, S Flèche, R Layard, N Powdthavee and G Ward, The Origins of Happiness, Princeton University Press.
05 juin 2019
  • Dialogues économiques

L'économie dévoile les clefs du bonheur

Produire du bien-être plus que de la richesse, n’est-ce pas le but ultime de tout gouvernement ? À l’heure où la dépression ne cesse d’augmenter dans les pays développés, un changement de paradigme est à poindre. Pour suivre cet objectif, il faut se pencher sur les déterminants du bien-être. C’est ce que Andrew Clark, Sarah Fleche, Richard Layard, Nattavudh Powdthavee et George Ward ont fait à travers le livre « The Origins of Happiness ». Au-delà de l’argent, c’est la santé mentale qui prévaut pour l’atteindre.
Référence : The Origins of Happiness” A. Clark, S. Fleche, R. Layard, N. Powdthavee et G. Ward
08 mai 2019
  • Dialogues économiques

Violence en Afrique : les multinationales dans le viseur ?

Qui fait quoi dans les conflits miniers en Afrique ? Traquer l’origine des minerais n’est pas chose aisée pour les multinationales. Pourtant, face à l’ampleur des dégâts humains et sociaux, leur responsabilité est fortement engagée. Dans un récent article scientifique, Nicolas Berman, Mathieu Couttenier, Dominic Rohner, et Mathias Thoenig montrent que la présence de firmes étrangères en Afrique augmente la violence des territoires miniers. Depuis peu, les firmes, ONG et États multiplient les initiatives de transparence. Les auteurs se penchent sur leur impact sur la stabilité dans ces régions.
Référence : N. Berman, M. Couttenier, D. Rohner, et M. Thoenig, American Economic Review 2017
26 avril 2019