"A quand la disparition de la taxe foncière ?"

Tribune
Une tribune d'Alain Trannoy publiée par Les Echos.
30 janvier 2024

→ La tribune d'Alain Trannoy est à retrouver dans le journal Les Echos. 

" La régressivité de la taxe d'habitation et l'absence de réforme des bases a finalement eu raison de cette dernière et, au moment de son procès en 2017, elle n'a trouvé que fort peu d'avocats pour la défendre. Pour Alain Trannoy, un scénario identique se met en place pour la taxe foncière.

La taxe d'habitation a disparu. A quand le tour de la taxe foncière ? C'est à ces sombres ou joyeuses réflexions, suivant le point de vue, que peut mener en ce début d'année la lecture de la récente et instructive note de l'Insee qui pointe du doigt la régressivité de la taxe foncière.

Sans être entièrement nouveau, ce constat est étayé par le recours à une base administrative exhaustive portant sur les 17 millions de contribuables acquittant cet impôt. En rapportant le poids de l'impôt à la fortune immobilière, il est établi que le poids de la taxe foncière est divisé par trois quand on passe du premier décile de fortune immobilière des propriétaires au dixième décile de fortune immobilière.

Certes, cette régressivité ne concernent que des « possédants » - des propriétaires -, mais elle reste quand même un tant soit peu étonnante, car le patrimoine pris en compte tient compte des résidences secondaires, qui sont le bien de luxe par excellence, et de la possession de l'immobilier locatif.

Il faut bien sûr garder en mémoire que le premier décile de richesse immobilière laisse derrière lui encore quatre déciles de locataires. Mais, il n'empêche que le constat de cette régressivité sur le champ des contribuables est problématique pour un impôt direct, alors que la sensibilité des contribuables sur ce sujet est à vif, à la suite des amples augmentations de taux qui ont eu lieu ces dernières années dans nombre de grandes villes , Paris et Marseille en tête.

A cela s'ajoute un effet base. Les bases sont revalorisées chaque année pour suivre l'inflation. Au total, les bases de 2022 à 2024 auront subi une revalorisation de 15 % induisant une augmentation a minima de l'impôt dans cette proportion sur la même période pour tous les contribuables, quel que soit leur localisation.

Sensibilité à vif

Ce résultat de régressivité, au-delà de fâcher les électeurs avec la taxe foncière, devrait inquiéter tous les édiles municipaux. La régressivité de la taxe d'habitation et l'absence de réforme des bases a finalement eu raison de cette dernière, et au moment de son procès en 2017, elle n'a trouvé que fort peu d'avocats pour la défendre.

Un scénario identique se met en place pour la taxe foncière. Certes, la nécessité de mettre à jour les bases a été compris par le législateur, tant celles-ci, datant des années 1970, se sont éloignées de la réalité du XXIe siècle où la valeur foncière se concentre dans les grandes agglomérations, et par contagion, dans leurs proches périphéries. Mais, la mise en oeuvre de la réforme pour les contribuables a été repoussée après la prochaine échéance présidentielle, en 2028, autant dire, une éternité en politique.

A ce jour, rien n'assure que cette mise à jour des bases sera de nature à corriger d'une manière ample la régressivité constatée dans la note de l'Insee. Le Parlement devrait se saisir de cette question et exiger une étude d'impact de ce côté-là. Faute de quoi, le constat va s'installer dans le pays que la seule taxe portant en grande partie sur une rente, la rente liée à la possession du sol, et à ce titre fondamentalement juste et efficace, restera dégressive.

Cette perception accentuera le sentiment d'injustice fiscale dans un pays où les classes moyennes ont le sentiment d'être fortement taxées. Un parti populiste pourrait se saisir de ce sentiment et proposer d'emblée à la prochaine élection présidentielle de la supprimer, tant manier la hache est toujours plus facile que réformer. "

Contact

→ Alain Trannoy est directeur d'études émerite à l'EHESS et membre d'Aix-Marseille Scool of Economics

Articles précédents

  • Dialogues économiques

Polygamie et éducation en Afrique : un couple insolite

Années 50, l’Afrique de l’Ouest est à la veille des décolonisations. Dans un dernier sursaut impérialiste, les Français et Britanniques ouvrent des services publics et développent l’éducation de masse. Durant la même période, la polygamie diminue partout dans la région. Des chercheurs en économie se questionnent : existe-t-il un lien entre le niveau d’éducation et ce statut marital ?
28 février 2024
  • Dialogues économiques

Nous habituons-nous au terrorisme ?

En se basant sur les données des centres de santé français de 2015 à 2016, années marquées par les attentats, une équipe de chercheurs a constaté que les symptômes dépressifs diminuaient au fur et à mesure des évènements.
14 février 2024
  • Expertise

Tendances et inégalités des revenus au long de la vie en France

Seulement en anglais | Une tribune de plusieurs auteurs, dont Cecilia García Peñalosa (CNRS/EHESS/AMSE), publiée par VoxEU/CEPR.
29 novembre 2023